Les réseaux sociaux

Introduction

Je pourrais vous lister à mon sens les points positifs et négatifs des réseaux sociaux hors, j’ai fait le choix de décrire les tenants et aboutissants pour bien comprendre dans son ensemble le sujet des réseaux sociaux.
C’est pourquoi dans un premier temps, je présenterai la principale cause, l’origine de la popularisation internationale des réseaux sociaux et secondement, j’observerai objectivement les différents effets (positifs comme négatifs).

Préalablement voici ma définition des réseaux sociaux : d’après moi, un réseau social est un site internet permettant à un groupe de personnes ayant des intérêts commun de communiquer, partager des informations et/ou de jouer ensemble.

1/ La cause principale

reseau-socialD’après moi, les réseaux sociaux sont nés dès l’annonce publique de Tim Berners-Lee du C.E.R.N. (Conseil Européen pour la Recherche Nucléaire), de la mise en place du World Wide Web en mille neuf cent quatre vingt dix. La connexion au réseau internet (web) à partir d’un ordinateur de bureau a permis de rendre accessible internet au grand public. En l’espace de dix ans seulement, plus de trois cent cinquante millions d’ordinateur étaient connectés formant en l’an deux milles, une explosion de la bulle internet.

Le premier réseau social s’intitulait Classmates, lancé en mille neuf cent quatre vingt quinze. Il permettait aux Américains de retrouver leurs anciens camarades de classe.
En mille neuf cent quatre vingt dix huit, le site internet Open Diary permettait à des utilisateurs de rédiger et de publier des articles. De plus, ce premier créateur de blog, donnait la possibilité de laisser des commentaires.
Le troisième réseau social était un site de partage d’intérêts entre individus ayant des passions communes. Ce réseau social s’intitulait Meetup, installé sur le réseau web dès deux mille un.

En deux mille quatre, un étudiant, Marc Zuckerberg, créa au sein de son université américaine Harvard, un site interne, où les élèves pouvaient communiquer entre eux, partager des photos, des informations, et laisser des commentaires. Il le nomma Thefacebook. Rapidement, son concept deviendra populaire et tendance dans l’établissement scolaire. Il se développera au sein d’autres universités américaines pour devenir deux années plus tard en deux mille six, accessible mondialement sous le nom de Facebook. En deux mille quatorze, il comptabilisera plus d’un milliard de profil actif!
C’est ce site internet qui signe la popularisation mondiale des réseaux sociaux.

De nouvelles formes de réseaux sociaux se sont progressivement mise en place, spécialisés dans un domaine bien précis. Par exemple, en deux mille cinq avec Youtube, cantonné dans la vidéo, en deux mille six avec l’apparition de Twitter, expert en échange d’informations à travers de courts messages et enfin on peut citer Instagram, spécialiste du partage de photographies, mise en ligne depuis deux mille dix.

Le réseau social est devenu populaire, tout le monde l’utilise à différent degrés et tout âge confondu, c’est un fait. Par exemple, on l’utilise pour lire des vidéos, pour communiquer avec des personnes de la famille, pour participer ou consulter un forum, pour chercher le grand amour sur des sites de rencontre, etc.
Je pense que son succès sur l’échelle internationale s’explique parce qu’il répond d’une certaine manière à un besoin du public. L’offre va dans l’optique d’apporter plus de confort à la population; celui de communiquer « librement » entre personnes ayant un intérêt commun et de partager des informations en temps réel.

2/ Les effets

Je pense que les réseaux sociaux ont mis en place indirectement un nouveau mode de communication entre Humain. Celui-ci agit directement sur plusieurs aspects sociétales. J’en ai relevé quatre :  les relations Humaines, la liberté d’expression, la frontière sphère public / privée et l’accès à l’information.

A. Les relations Humaines

Avant les réseaux sociaux, communiquer contraignait de se déplacer, rencontrer physiquement une personne tout en consacrant du temps personnel pour le partager ensemble. D’une intention sincère, l’attention centrée sur la personne était peu polluée par des parasites extérieurs. On se voyait à la maison autour d’un café ou par exemple lors d’une balade en pleine nature.
Désormais, il n’est plus nécessaire de fixer un rendez-vous pour y accoster physiquement un ami, un proche afin de prendre de ses nouvelles, non. Les réseaux sociaux nous permettent de partager des moments entre Humains d’une autre manière, par machine interposée. A travers des outils tels que l’ordinateur de bureau, le téléphone portable ou la tablette, à domicile ou à l’extérieur et ce, vingt quatre heures sur vingt quatre, les relations Humaines évoluent pour entrer dans une nouvelle phase : l’ère des relations virtuelles impulsée par les réseaux sociaux.

Concernant les relations Humaines, es-ce qu’il y a un danger d’utiliser les réseaux sociaux? Quels sont les avantages et les inconvénients voire les risques?

  • Avantages : La communication n’a plus de frontière

Concernant les personnes qui ont de la famille ou des amis à l’étranger, cela leur permet de prendre gratuitement et visuellement des nouvelles. Même principe pour les personnes qui souhaitent garder le contact ou retrouver des copains perdus de vue.
Concernant les personnes timides ou qui ont peu de moyens financiers, cela leur permet de se faire de nouvelles connaissances, qui deviendront peu être des amis, en fonction de centre d’intérêt commun mais aussi pour rencontrer l’amour.

  • Inconvénients : Vie sociale virtuelle

Le risque principal d’utiliser les réseaux sociaux pour enrichir sa vie sociale est d’après moi : l’isolement progressif. Certaines personnes deviennent totalement addictes aux réseaux sociaux. Un exemple extrême pour bien comprendre : une personne peut considérer qu’il a une vie de merde, peu de copains à l’école et fait le choix d’avoir une vie active sur les réseaux sociaux, de créer un avatar et de limiter ses sorties (même alimentaire) afin de se sentir en sécurité parquet chez soi, protéger des gens physique. Donc progressivement il y aura un impact sur les résultats scolaires, parfois l’hygiène, un replis sur soi-même qui peut entraîner une dépression. Je pense que cet outil est un bon support pour combler une carence ou pour se redonner de la confiance, mais il devient nuisible lorsqu’il y a un transfert de cause.
D’autre se pose des questions comme par exemple : pourquoi perdre du temps pour aller voir une copine alors que dès qu’elle est connecté je peux lui parler, ou allé voir directement sur son mur son actualité? Gagner du temps pour le consacrer à quoi d’autre? La télévision? La famille? Les jeux virtuels?
Enfin, on peut constater à travers des études, une diminution de la concentration lorsqu’un utilisateur est constamment connecté aux réseaux sociaux. Par exemple, lorsqu’un collégien est en train de faire ses devoirs scolaires, il suffit qu’il reçoit un message ou qu’il repère une publication piquante pour qu’il la consulte et laisse un commentaire. Il est de même pour les troubles du sommeil lorsqu’une personne dort à coté de son téléphone connecté aux réseaux sociaux.

B. La Liberté d’expression

En France, la liberté d’expression apparaît après la Révolution Française de mille sept cent quatre vingt neuf, suite à la première Déclaration des droits de l’homme et du citoyen. Cette liberté s’exprimait par exemple à travers l’art, les livres. Les citoyens pouvaient clairement faire part de leur vision sur la société lors de repas ou dans la rue, sans être inquiétés par l’ordre politique.
Mais depuis les réseaux sociaux, tout le monde peut afficher « publiquement » ses opinions sociétales, enfant comme adulte, ce qui implique de mettre en place un nouveau cadre législatif. Cette restriction intervient suite à un événement tragique (comme des attentats) pour des raisons sécuritaires ou pour protéger le droit des individus (contre les discriminations).

Concernant la liberté d’expression, es-ce qu’il y a un danger d’utiliser les réseaux sociaux? Quels sont les avantages et les inconvénients voire les risques?

  • AvantagesFacilité pour exprimer ses opinions

L’intérêt est l’accessibilité pour tous à la participation de la vie sociétale. A partir de treize ans, on peut donner un avis sur n’importe quel sujet en laissant un commentaire. L’utilisateur est donc libre de dire ce qu’il pense. Celui-ci peut aussi débattre avec d’autre personne et ainsi de se forger une position.
L’avantage aussi, c’est que l’on peut créer des pages afin de rassembler autour d’une cause un groupe de personnes ou pour lancer un appel à participer à événement voir à une manifestation.

  • Inconvénients : Liberté d’expression abusée

Certains utilisent les réseaux sociaux pour faire du mal volontairement ou inconsciemment envers une personne. Cette dérive concerne principalement les adolescents. Malheureusement des exemples d’harcèlement, de persécution qui ont conduit au suicide de la victime ou au passage à tabac filmé n’est pas rare. Rappelons nous dans notre enfance, les têtes de Turcs ont toujours existé notamment à l’école. C’est le même mécanisme aujourd’hui mais d’une intensité plus élevée. Je pense que ces enfants vont plus loin dans leurs propos parce qu’ils se ne se rendent pas compte de l’impact sous prétexte qu’ils le font virtuellement.
Il n’est pas rare non plus que des personnes utilisent à mal  la liberté d’expression pour rassembler des Hommes perdus afin de les recruter pour intégrer une cause qui à pour finalité un appel à la haine et / ou au meurtre.
L’enchaînement d’événements tragiques conduisent les réseaux sociaux à accepter de fournir à la justice les adresses et identifiants des auteurs de commentaires ou de pages fan à caractère discriminatoire touchant dans sa dignité une personne, ou à caractère extrémiste. Des citoyens peuvent aussi signaler des propos ou des actes inhumains à travers des vidéos.
Les réseaux sociaux ne sont pas un lieu de non-droit, d’impunité.

C. La frontière sphère public / privée

La protection de la vie privée est un droit dont jouit le citoyen à travers l’article douze de la Déclaration universelle des droits de l’homme des Nations Unies depuis mille neuf cent quarante huit. En France, il a été intégré en article neuf dans le Code civil suite à la loi du dix sept juillet dix neuf cent quatre vingt. Cette protection intervient sur différents aspects : la protection du domicile, le secret professionnel et médical, la protection de l’image et de l’intimité. Ensuite, il y a à différencier l’espace public de l’espace privé. L’espace public est tout ce qui concerne les endroits de passage et de rassemblement, dans la rue par exemple. C’est un lieu laïque régit par des règles et des normes pour le bon vivre ensemble. Le domaine privé quant à lui concerne le lieu de vie soit, l’intimité et l’image de l’individu. Cela concerne aussi des établissements à cercle fermée. Pour bien comprendre la différence entre ces deux sphères, on peut se balader nu chez soi mais pas dans la rue. La frontière entre la sphère publique et la sphère privée a toujours été épaisse (« On ne sait pas ce qu’il se passe chez le voisin! »). Puis il y a eu une émancipation de la parole intime, en public plus particulièrement avec l’apparition d’émissions de télévision dont l’objet était celle-ci. Puis par la suite, l’intimité d’un groupe de personne sur plusieurs semaines est filmée vingt quatre heures sur vingt quatre, diffusé en direct au public à travers des émissions de télé-réalité. L’exhibitionnisme fait de plus en plus d’audimat.
Depuis la naissance des réseaux sociaux, toute personne à la possibilité de publier dans un espace virtuel public, sa vie privée. Il le fait par exemple car c’est valorisant. D’une certaine manière, il est important d’exposer sa vie ou d’en parler sur le net pour en sauver quelque chose. donc partager des informations relevant du domaine privé est nécessaire, mais uniquement dans un cercle familial et amical.

Concernant la frontière entre la sphère public et privée, es-ce qu’il y a un danger d’utiliser les réseaux sociaux? Quels sont les avantages et les inconvénients voire les risques?

  • Avantages : Accessibilité d’informations personnelles

L’avantage principal concerne les personnes qui ont de la famille ou des amis éloignés géographiquement. En un simple clic, ils peuvent avoir accès à l’actualité, aux photos de leurs proches. Ça leur permet de rester en contact et d’être au courant des bons et des mauvais événements de leur vie privée. Ils peuvent ainsi les féliciter, les aider, les soutenir et même parfois repérer en amont quand un de leurs proches est dans une passe difficile et agir.
Lorsque nous sommes dans la difficulté, il est plus facile de se replier sur soi-même que d’en parler directement au téléphone ou physiquement. Avec les réseaux sociaux, une personne peut publier sur son mur son humeur du jour. Les proches qui le suivent peuvent ainsi lui parler dans une optique de bienveillance.

  • Inconvénients : Vie privée dévoilée publiquement

J’ai relevé plusieurs inconvénients.
Dans un premier temps, il est nécessaire de rappeler qu’un tiers des employeurs (enquête 2014) utilisent les réseaux sociaux pour prendre la décision d’embaucher un candidat potentiel et / ou pour ficher d’une certaine manière, ses salariés. Même si on n’est pas ami avec une personne et que celle-ci utilise un pseudonyme pour s’intégrer dans les réseaux sociaux, il est très facile d’avoir des informations précises sur cette personne. Quelqu’un de sa famille, un collègue ou un des ses amis, a forcément un profil public utilisant sa vraie identité. En faisant un petit tour sur sa liste d’ami, l’objectif est atteint. Beaucoup d’utilisateurs ne prennent pas le temps de bien protéger l’accès à leur compte public.
Deuxième inconvénient, l’utilisateur ne lit pas automatiquement les conditions générales d’utilisation des réseaux sociaux et ceux-ci, nous encouragent fortement de remplir au maximum nos informations personnelles. Chaque commentaire, chaque photo mise en ligne sur le réseau, chaque « like », chaque publication est archivé indéfiniment dans le système central du réseau social concerné pour créer des fiches d’identité par utilisateur. À travers des mots clés, ils connaissent les goûts, les informations personnelles, l’identité, les opinions politiques, les passions,etc, pour envoyer des publicités ciblées et pour revendre ses informations à des organismes tiers. Le problème, c’est qu’il y a eu une plainte de déposée en deux mille quinze de la part de plus de vingt cinq mille d’utilisateur de facebook dans le monde, concernant l’utilisation illégale des données personnelles d’utilisateurs, en participant au programme de surveillance de la NSA (agence de sécurité nationale des Etats-Unis). Cela se justifie dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. Aussi, certaines personnes (les artistes par exemple), souhaitent que leur compte soit certifié par le réseau social (?). En contre partie, ils doivent scanner leur carte d’identité et leur transmettre.
Troisième inconvénient, les personnes connectées vingt quatre heure sur vingt quatre aux réseaux sont géolocalisées.
Enfin, d’après moi le risque principal est l’usurpation d’identité. Tout le monde peut copier des images, ou créer un profil frauduleux avec le nom que l’on souhaite. Cela pose des problèmes lorsque l’on aperçoit la photo de son enfant en dehors de son mur, que des personnes la commentent. Ou par exemple, la photo de son animal de compagnie sur des sites de vente d’animaux.

D. L’accès à l’information

Commençons dans un premier à décrire synthétiquement l’histoire de l’information au fil des siècles, en France.
Démarrons par les « canards sanglants », journal datant du Moyen-âge où des colporteurs décrivaient sous forme de récit les faits divers dans les différents villages.
À l’époque de Richelieu, au XVIeme siècle, « La Gazette » est le premier journal à diffuser les grandes décisions gouvernementales.
À la Révolution, le journal « les libelles » exprime des opinions politiques.
Dès mille huit cent trente et un, c’est la naissance de la presse libre. Elle publie des journaux contenant des feuilletons.
Le journalisme de reportage apparaît au XIXeme siècle, puis se développe avec la colonisation.
L’interview apparaît en mille neuf cent vingt avec la radio.
Le premier journaliste engagé est Albert Londres, qui écrit des articles sur la face cachée du monde. Il y a d’ailleurs un prix Nobel Albert-Londres délivré chaque année pour le meilleur journaliste.
Le reportage photo est apparu avec les premiers clichés du débarquement de Normandie durant la Seconde Guerre Mondiale.
Le reportage subjectif (gonzo journalisme) est apparu parce que les journalistes en avait marre de faire des articles objectifs. Ces reporteurs parlent à la première personne et donne leur point de vue.
En mille neuf cent soixante quatorze, l’affaire du Watergate met en avant la protection des sources d’information des journalistes.
Enfin au début des années mille neuf cent quatre vingt dix, le reportage BD fait son apparition. Celui-ci va se développer avec le succès de la bande dessinée.
Entre parenthèse, avant les réseaux sociaux, la connaissance était réservée à l’élite.
Désormais avec les réseaux sociaux, tout le monde a accès gratuitement en direct et en continu à l’information et à la connaissance. Mais cette liberté est encore censurée dans les pays où la Démocratie n’est pas à l’ordre du régime en place.

Concernant l’accès à l’information, es-ce qu’il y a un danger d’utiliser les réseaux sociaux? Quels sont les avantages et les inconvénients voire les risques?

  • Avantages : La surinformation

L’accès à l’information en temps réel est un atout non négligeable. Celle-ci va très très vite sur les réseaux sociaux en utilisant des options tels que le partage de contenu. Par exemple, lors d’événement tragique tel que les attentats, les utilisateurs de réseaux sociaux ont beaucoup plus d’informations que les personnes s’informant qu’à travers la télévision. Des individus se trouvant à proximité du lieu donnent des indications, publient des photos et des vidéos non filtrées par les médias et en temps réel. C’est le même principe lors des appels aux urnes.
Le deuxième avantage d’après moi, est que tout le monde peut créer un blog, un forum, et y écrire des articles thématiques. Ces mêmes personnes expertes ou passionnées ont désormais la parole à travers le partage de leur contenu sur les réseaux sociaux.

  • Inconvénients : La désinformation

Comme n’importe qui peut écrire des articles, il peut y avoir forcément n’importe quoi. Par exemple, si une personne mal intentionnée maîtrise le référencement internet, il peut lancer de la désinformation basée sur des éléments non fondées, orientées pour engrainer des personnes vulnérablement faibles.
Un autre exemple concerne la mise en place de rumeurs à travers les réseaux sociaux sur un individu lambda ou sur un personnage public. Pour lancer une rumeur à grosse échelle, il suffit de partager un maximum celle-ci, d’en écrire des articles bien référencés pour que des utilisateurs relance la fausse information, et un si de suite jusqu’au démenti officiel. Un autre exemple mais du point de vue d’un journaliste : la course vers le scoop. Ce marathon entraîne quelques fois la non vérification des informations sur internet et provoque de surcroît une amplification et une épidémie de rumeurs pas forcément fondées.

Conclusion

Pour conclure, je pense qu’utiliser les réseaux sociaux à des avantages et des inconvénients. Ils peuvent même comporter des risques et parfois un danger.
Pas mal de personnes crées un profil parce qu’un de leur proche y est. Rejeter ce système virtuel nous catégorise directement dans la case marginalement hors-norme, hors-tendance. La critique constructive envers ce nouveau mode de communication est endormie par la mode et l’engouement qu’elle suscite.

Les réseaux sociaux permettre de démultiplier les capacités de communication, avec des avantages (le partage de la connaissance, l’émergence d’idées, le gain de temps, l’absence de frontière, l’information en temps réel, etc) et les inconvénients (dérives, manipulation des masses, violation de vie privée, exhibitionnisme, le voyeurisme en un simple clic, etc) que cela implique.
D’après moi, c’est un outil très pertinent, mais celui-ci atteint ses limites en fonction de son usage. Concernant les adultes utilisant les réseaux, il en revient à leurs éthiques et à leurs morales de partager les photos de leurs enfants. Concernant les enfants utilisant les réseaux sociaux, il en revient à la responsabilité parentale. Pour ne pas avoir de mauvaises surprises, il est vivement conseillé de maîtriser ce que l’on dit, ce que l’on publie.

L’humanisme
des réseaux sociaux,
s’arrête à la raison du Nouvel Ordre Mondial

Article publié le, 18/04/2015

Sources

« Prise de recul personnelle sur les effets positifs et négatifs des réseaux sociaux »

http://www.cairn.info/revue-sociologies-pratiques-2006-2-page-37.htm

http://www.cairn.info/revue-hermes-la-revue-2011-1-page-99.htm

Tagués avec :
4 commentaires sur “Les réseaux sociaux
  1. amine dit :

    merci pour l’information

  2. mohamed dit :

    merci pour l’information

1 Pings/Trackback pour "Les réseaux sociaux"
  1. […] le web 2.0, le danger des réseaux sociaux est bien réel. Afficher sa vie privée dans un espace public virtuel est forcément dangereux si […]

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.