Les styles de rap français

Introduction

L’histoire du rap français démontre que le premier style de musique Hip-hop reconnu et apprécié du grand public est le rap poétique avec le succès en 1991, du premier album de MC Solaar (qui sème le vent récolte le tempo), vendu à plus de quatre cents mille exemplaires.
Il faudra attendre 1995 pour que le rap conscient et hardcore atteignent les oreilles du grand public avec les succès respectifs de l’album solo d’Akhenaton (Métèque et Mat) et du groupe NTM (Paris sous les bombes).
Dès l’instant où la nouvelle école du rap français est apparue (année deux mille), on a observé deux nouveaux genres de rap français à succès : le rap commercial avec le groupe Saïan Supa Crew (x Raisons) et Diam’s (Brut de femme) en 2003, ainsi que le rap égotrip avec l’émergence de clash entre rappeurs, introduit dans la sphère publique par le single datant de 2002 du duo de l’artiste solo Lord Kossity et Jacky Brown (Gladiator).
Enfin, on peut constater une nouvelle génération de rappeurs dans les années 2010 proposant un nouveau style : le rap alternatif avec le succès de l’album de l’artiste solo Orelsan (Le Chant des sirènes) en 2011.

Depuis la nouvelle école, les amateurs de rap français se divisent en deux catégories : les adolescents seront plus sensibles au rap commercial et aux clashs entres rappeurs alors que les puristes, préféreront le rap originel, brut d’où le succès de l’album du groupe Lunatic (Mauvais Œil) en 2002.

Il existe toute une variété de genre de rap français. Dans la plupart des cas en France, la tendance du moment est fortement influencée par la mouvance actuelle de ceux qui sont à l’origine du rap français : les rappeurs américains.
Contrairement à la période de l’âge d’or du rap français où les rappeurs se contraignaient de proposer un album contenant la même couleur, le même style dans son ensemble, désormais, il n’est pas rare que les rappeurs diversifient le genre à l’intérieur d’un album afin de toucher un public plus large et pour alimenter leur processus artistique.

1. Les genres de rap français populaires

A. Le rap conscient

Le rap conscient français a une approche constructive lorsqu’il aborde diverses problématiques sociétales. Pragmatique, il dénonce des faits, mais toujours dans une optique de délivrer un message positif (ex : I AM).

Priorité du fond sur la forme

    • Personnalité de l’artiste : Esprit social, de forte valeur, pacifiste, réaliste, consciencieux, philosophe, engagé politique. Style de vêtement classique.
    • Texte : Peu ou pas de vulgarité, donne de l’importance à trouver le mot juste.
    • Instru : Classique, efficace.
    • Contexte musical : Pas limité aux labels indépendants, intéressé par les majors. Peut prétendre aux concerts grand public.

B. Le rap poétique

Le rap poétique français est en perpétuel harmonie entre la sonorité mélodieuse et la qualité de l’écriture. Il aborde parfois des thématiques sociétales mais toujours dans une optique de beauté artistique (ex : MC Solaar).

Fond et forme au même niveau

    • Personnalité de l’artiste : Esprit artistique, poète, philosophe, pacifiste, simple, sensuel, romantique, perfectionniste. Style de vêtement classique.
    • Texte : Absence de vulgarité, utilisation élevée de métaphore, rimes riches.
    • Instru : Mélodieuse, riche et inspiration variée (jazz, soul).
    • Contexte musical : Pas limité aux labels indépendants, intéressé par les majors. Peut prétendre aux concerts grand public.

C. Le rap égotrip

Le rap égotrip français s’imbibe de provocation envers d’autre rappeur en se proclamant meilleur du rap français (le Rap Game). Il réalise beaucoup de clashs, balance des dossiers en utilisant des phrases chocs (ex : Rohff).

Pas de priorité, il représente les siens

    • Personnalité de l’artiste : Esprit de compétition, très rattaché aux valeurs de la rue, égocentrique, fort besoin d’appartenir à un groupe, provocateur. Style de vêtement Hip-Hop.
    • Texte : Beaucoup de vulgarité, roi de l’improvisation en rimes pauvres, donne beaucoup d’importance au flow.
    • Instru : Classique, efficace, sonne bien, à l’ancienne.
    • Contexte musical : Les labels acceptant de les signer sont uniquement indépendants (sauf pour les artistes déjà en place). Limité aux scènes spécialisées (MJC, fêtes de quartier).

D. Le rap hardcore

Le rap hardcore français rejette la société dans son ensemble, ses normes, sa politique, ses codes avec force et violence. Il met l’accent sur son quotidien (violence des rues, la pauvreté), effet du système (ex : Lunatic).

Pas de priorité, il représente les siens

  • Personnalité de l’artiste : Esprit marginal, contestataire, extrémiste, valeur profonde du respect, cramé, impulsif. Style de vêtement Hip-Hop.
  • Texte : Beaucoup de vulgarité et de rage, freestyle, donne beaucoup d’importance au flow.
  • Instru : Classique, brute, non mélodieuse, simpliste.
  • Contexte musical : Les labels acceptant de les signer sont uniquement indépendants (sauf pour les artistes déjà en place). Limité aux scènes spécialisées (MJC, fêtes de quartier).

E. Le rap gangsta

Le rap gangsta français est accès sur le bling-bling, c’est à dire sur la mise en avant et l’apologie de tout ce qui brille, la consommation excessive de bien matériel, l’argent, le pouvoir, la femme-objet (ex : Booba).

Pas de priorité, il représente les siens

      • Personnalité de l’artiste : Esprit capitaliste, superficiel, machiste, provocateur, aime prendre soin de lui. Style de vêtement Hip-Hop.
      • Texte : Beaucoup de vulgarité, rimes riches ou pauvres, freestyle, le message doit être direct.
      • Instru : Classique, efficace, mélodieuse.
      • Contexte musical : Des majors peuvent le signer si le contenu est maîtrisé. Scènes spécialisées (MJC, fêtes de quartier), possibilité de réaliser des concerts grand public.

F. Le rap commercial

Le rap commercial français a pour objet de valoriser ce style musical au grand public en insistant sur les clichés, sur ce que le public veut entendre dans un format correspondant au besoin de l’auditeur (ex : Maître Gims).

Priorité de la forme sur le fond

      • Personnalité de l’artiste : Esprit manipulateur, calculateur, soigne son image, devance la mode, égocentrique. Style de vêtement en fonction de la tendance.
      • Texte : Peu ou pas de vulgarité, bourrage de crâne, rimes pauvres, fond absent ou déjà vu, maîtrise la méthodologie d’écriture.
      • Instru : Mélodieuse, suivant la tendance, peut innovante.
      • Contexte musical : Les labels acceptant de les signer sont uniquement les majors. Peut prétendre aux concerts grand public.

2. La variance des styles de rap français

A. Le rap alternatif

Le rap alternatif français se caractérise par une démarche intellectuelle. Le concept-album prend la forme imagée d’une histoire, il y a un début et une fin où un fil conducteur joue le rôle de lien entre chaque titre (ex : Klub des Loosers).

Fond et forme au même niveau

      • Personnalité de l’artiste : Esprit artistique, perché, rêveur, révolutionnaire, loufoque, perfectionniste, ne se prend pas au sérieux. Style de vêtement artistique (costume).
      • Texte : Maîtrise l’écriture du texte de A à Z, rien n’est écrit au hasard, tout est voulu, contrôlé.
      • Instru : En harmonie avec le texte, colle parfaitement à l’ambiance de l’oeuvre, ouvert à la fusion avec d’autres styles musicaux.
      • Contexte musical : Les labels acceptant de les signer sont uniquement les majors. Possibilité d’en faire un spectacle théâtralisé.

B. Le rap expérimental

Le rap expérimental français est un laboratoire de création de styles inédits. Il se rapproche du rap alternatif français lorsqu’il dans le cadre d’un album parce qu’il a le sens de l’esthétique et de la logique (ex : Death Grips)

Fond et forme au même niveau

      • Personnalité de l’artiste : Esprit créatif et artistique, ne reste jamais sur ses acquis, remise en question permanente, faim de découverte, déteste la norme, perfectionniste. Style de vêtement barré.
      • Texte : Absence de vulgarité, aucune surcharge de paroles. tombent à un moment précis en harmonie avec la bande sonore.
      • Instru : Mélodieuse, évolutive. étrange, non conventionnel.
      • Contexte musical : En indépendant le plus souvent. Possibilité d’en faire un spectacle théâtralisé.

3. L’ouverture des styles de rap français

Il existe d’autres genres de rap français qui se caractérisent par l’indicateur instrumentale comme la Trap music. En effet, des styles musicaux fusionnent tel que le rap-électro, le rap-rock, le rap-reggae, le rap-musette et un si de suite.

Conclusion

D’un point de vue création artistique, la première génération de rappeurs français n’était pas dans une logique intentionnée d’appartenir à un style de rap précis.
L’écriture de textes de rap français était un support accessible aux artistes en herbe qui souhaitaient exprimer une colère, une critique sociétale, défendre un mode de vie, des valeurs sur un rythme simple et une mélodie répétitive dont le succès était la finalité. Même si les paroles et les rimes étaient travaillées, la création de l’album professionnel encadrée par des experts, était dans une démarche sincère sans aucun calcul de popularité. La période 1991 / 1999 est pour les puristes, l’âge d’or du rap français ou du rap brut.

Mais qui dit popularité, dit formatage, dit récupération dit cadre. La nouvelle génération de rappeurs français et les maisons de disques ont bien compris qu’il y avait beaucoup d’argent à se faire avec ce nouveau style d’art musical devenu si populaire.
L’apparition du rap bizness à partir des années deux milles en est l’exemple concret, fortement soutenue par les médias qui ont imposé un changement de style diffusible sur leurs ondes. De plus, les statistiques médiamétriques rapportent que les trois quart des auditeurs de ces stations de radio populaires sont les adolescents, les quinze – vingt ans.

  • Avoir le monopole en terme d’apport culturel à une génération, n’implique pas une certaine responsabilité du contenu?
  • Faut -il adopter une stratégie pour orienter la culture musicale du public?
  • Quel est l’intérêt, à travers la diffusion, de promouvoir la femme-objet par exemple aux auditrices adolescentes?

Par conséquent, le succès est devenu le but des artistes, ce qui a modifié directement l’éthique du rap français.
Désormais, l’accès au grand public à travers les médias classiques d’un art brut harmonieux, créatif n’est plus possible. Les artistes peuvent créer, développer des styles innovants mais les œuvres resteront dans un domaine publique restreint, même en prenant en considération la révolution numérique.

Enfin, il est nécessaire de rappeler que la création d’une œuvre s’appuie sur une influence artistique. Fort est de constater que l’inspiration de nouveaux styles de rap français populaire à une origine américaine. Il y a tout de même des artistes créatifs avec un grand « A » qui ne suivent pas la tendance américaine, fort heureusement mais ceux-là, ne bénéficient pas de la large communication des médias de masse même sous contrat. Certains rappeurs français utilisent même l’option « scandale » ou mettent en avant des clashs entre collègues rappeurs pour faire parler d’eux.

Appartenir à un style de rap français et être identifié comme tel par son public a un effet négatif pour le rappeur dès l’instant où le processus artistique évolue au fur et à mesure de sa carrière. En effet, le grand public accorde à son idole une très faible tolérance d’évolution artistique parce qu’il ne reconnaît plus son style initial dont il est tombé fan. Le public aime avoir des repères solides, une forme de sécurité artistique.
On peut comparer la relation d’un artiste avec son public à une vie de couple…

L’originalité
des styles de rap français,
s’arrête à la raison du Nouvel Ordre Mondial

Article publié le, 12/02/2015

Sources

« Prise de recul personnelle volontairement généraliste pour bien comprendre les différents styles de rap français existant appuyée par des exemples et des caractéristiques artistiques attendues par le public »

Tagués avec :
7 commentaires sur “Les styles de rap français
  1. Mohamed dit :

    C’est une caricature vulgaire du rap!

  2. Daniel dit :

    Après certains rappeurs melangent les styles par exemple Booba est autant hardcore et egotrip voir parfois poetique

    • nunsuko dit :

      Merci Daniel pour ton commentaire. Je pense la même chose que toi c’est à dire que des rappeurs, au sein d’un album ou pendant une carrière, mélangent les différents styles de rap. Certains innovent, d’autres se collent au mouv. du moment

  3. Trokto dit :

    Moi je trouve que c’est du bon taff ! On voit bien la scission qu’a connu le rap après les années 2000. Moi j’suis un jeunot, j’ai que 20 ans et j’ai pas connu les rappeurs de la première génération et franchement cette page m’a bien servie à remettre un peu d’ordre dans ce qu’est le RAP BORDEL de nos jours. (J’ajouterai Hugo Tsr voir Davodka dans le conscient mais la il faut rajouter la vulgarité que les deux utilisent.)

    Et sinon petit apparté, allez écouter « dais », pour moi l’un des plus gros débiteurs du rap français et pourtant si peu connu

  4. Macko dit :

    Sa fait 4 ans que je Rap , en égayant ma curiosité je suis bien content d’être tombé là dessus, il y a certains style qui m’étaient encore inconnus (en particulier ceux des 3 derniers sons) , Bon boulot !

  5. l'inconnu dit :

    bonjours, je respectes le travail que tu as mis en oeuvre sur cette page mais il y a un petit mais, je trouve que tu généralises pas mal le rap et fais des catégories de rap un peu à l’aveuglette. Tu parles par exemple de « rap egotrip » qui n’est pas un style de rap en lui même sachant que tout les rappeur utilise ou presque tous en usent dans leur texte c’est donc plus une caractéristique du rap en géneral, tu parles aussi de « rap commercial » en citant en exemple maitre gim’s qui ne fait plus de rap depuis longtemps (le rap étant tout autre chose que le chants) ce que produit maitre gim’s s’apparenterait plus a de la pop urbaine, et pour finir tu oublies de très grandes et importantes parties des sous familles du rap, la trap, le rap multi syllabique, le cloud rap, G funk, et tant d’autre
    Il ya autre que je ne ne comprends pas. Pourquoi tu dis « le succès est devenue un but pour des artistes, ce qui a modifié directement l’étiques du rap français »? Encore une fois tu généralise tout les rappeurs sont différents et d’un point de vue complètement personnel le succès est un but qui n’est pas forcément néfaste pour un rappeur ou n’importe qui d’autre, ça peut permettre de vivre de sa passion et donc d’être plus productifs et d’aiguisé sa plume sachant que le succès lui permet d’en faire son activité principale… De plus le succès est une forme de reconnaissance je reconnait par contre que suces ne rime pas forcement avec qualité…
    C’est dommage que tu es décidé de ne parle que de la partie visible de l’iceberg en mélangent un peu tout et n’importe quoi… L’amalgame et le fait de tout généralisé avec seulement une partie des informations sont des choses un peu dangereuses et en plus n’aboutissent qu’à des résultats erronés!; Heureusement qu’on ne parles que de rap !

  6. sofian dit :

    wech jul jul jul

Laisser un commentaire