L’estime de soi

L’estime de soi

Introduction

L’estime de soi reflète ses valeurs propres contrairement à la confiance en soi qui reflète plutôt ses propres compétences et aptitudes. C’est en quelque sorte notre perception de nous.

Le développement de l’estime de soi prend racine dans son cocon, sa sphère familiale où la personne a besoin de :

  • sécurité : être soutenue et acceptée telle qu’elle est
  • autonomie : découvrir le monde avec un sens des responsabilités adapté
  • verbalisation : exprimer ses besoins et ses émotions
  • relationnel : passer du temps à rire et à partager une activité
  • limite : avoir un cadre protecteur pour se respecter soi et les autres

Ce développement de l’estime de soi est intégré aux travaux sur la théorie de l’attachement de John Bowlby, psychiatre et psychanalyste britannique du vingtième siècle. Il indique que l’estime de soi se conditionne en amont à travers la relation enfant-mère bienveillante ou rejetant.
Néanmoins, l’estime de soi se travaille tout au long de sa vie.

Le manque d’estime de soi renforce les épisodes dépressifs, l’anxiété et valide la mise en danger à travers les conduites addictives qui l’entretiennent.

Les indicateurs personnels d’une mauvaise estime de soi sont :

  • Une forte timidité en public
  • la fuite lors de conflit
  • un sentiment de culpabilité et d’auto dévalorisation
  • une affirmation de soi à tendance passive
  • la non acceptation d’un compliment ou d’une critique
  • se comparer toujours aux autres
Centre Québécois de PNL

A. Croyance et autocritique

C’est un schéma central où des pensées personnelles sont dépourvues de cause, de sens. Elles sont crées de toutes pièces où la personne au fur et à mesure du temps s’en convainc.

Il existe différentes structures de croyance autodévalorisantes :

  1. L’indication de carence affective : la personne est persuadée que personne ne pourra jamais l’aimer.
  2. L’indication abandonnique : la personne est persuadée que toute personne l’abandonnera.
  3. L’indication de méfiance : la personne est persuadée que toute personne finira par abuser d’elle d’une manière ou d’une autre. Cette indication laisse sous-entendre une notion d’abus.
  4. L’indication d’imperfection : la personne se dévalorise à chaque initiative personnelle seule ou en groupe. Cette indication laisse sous-entendre une notion de honte interne permanente.
  5. L’indication d’échecs : la personne ne croit pas en elle, en ses capacités, ses aptitudes, ses compétences. Elle se dévalorise à chaque instant.
  6. L’indication exigeant : La personne se met une pression non réaliste pour être à la hauteur et afin d’être reconnue à une valeur supérieure.

Cette position d’adopter des croyances non fondées implique de ne pas exprimer ses besoins ni de les obtenir.
D’un point de vue émotionnel, cela implique de la peur ou de la colère avec un sentiment de frustration.

Concernant les comportements adoptés, la personne aura un comportement agressif voir passif où elle est toujours dans une demande de réassurance. Elle met en échec ses avancées pour valider ses croyances.

L’estime de soi revient en aucun cas à un état stricte où la prédisposition intervient durant l’enfance. Il se développe toute la vie. L’idée pour se valoriser est de fixer des objectifs atteignables et réalistes.
Avoir des objectifs non réalistes impliquent de générer des objectifs inatteignables, impliquant un sentiment d’échec fort. A contrario, les personne qui ont une forte estime de soi obéissent à une règle d’or : avoir des objectifs réalistes et réalisables.

B. Comment développer son estime de soi?

L’estime de soi c’est de s’accepter soi-même comme nous sommes même si nous sommes non parfait, on peut exister et être accepté dans son intégrité. Lorsque des rechutes interviennent, on peut avoir une attitude d’auto-compassion où celle-ci n’implique pas une autopunition mais relève une indication sur le travail qui nous reste à faire. L’idée est de prendre conscience des qualités personnelles.

Il est nécessaire de remplacer les pensées négatives et dévalorisantes par des idées positives, valorisantes et objectives à travers :

  • l’observation du discours intérieurs
  • la prise de recul de l’autocritique
  • la vérification des auto-jugements par des éléments objectifs qui alimentent le jugement personnel
  • rechercher les avantages et les inconvénients du mode de pensée
  • se poser la question du fondement de cette pensée et pourquoi elle nous déstabilise

L’idée est de repérer les personnes dans l’environnement positives qui valorisent l’estime de soi et d’écarter les personnes qui diminuent la confiance en soi, qui rabaissent à tout bout de bras.

Il est intéressant de ne pas pas se mêler à la simplicité des schémas cognitifs, qui ne sont que de l’ordre de l’automatisme mentale provoquant que de l’auto dévalorisation.

Il est intéressant donc de reconnaître ses erreurs pour pouvoir mieux avancer mais ne pas de tirer un trait indélébile sur les erreurs effectuées.

La qualité d’adaptation est un facteur positif pour développer l’estime de soi. Adopter un comportement rigide ne favorise pas l’évolution personnelle. De plus, prendre du recul sur sa journée et valoriser les tâches et activités réalisées en les évaluant sur le critère de l’accomplissement et du plaisir provoqué en soi, valorise la personne.
Des outils existent tel qu’écrire des affirmations positives sur sa journée avant de s’endormir.

Conclusion

Sommes-nous tous égaux concernant le sujet de l’estime de soi? Est-ce que la volonté est le seul moteur pour développer l’estime de soi? Quels sont les autres facteurs à prendre en compte (structure de la personnalité, le tempérament)? En quoi est-ce important de s’estimer? Cela implique t-il de ne plus être déstabilisé par le regard des autres?

Le développement de l’estime de soi s’établit par des actes et de la communication au sein d’un environnement. Pour pouvoir adopter un comportement affirmé, doit t-on s’aimer et se respecter?

Développer
l’estime de soi,
s’arrête à la raison du Nouvel Ordre Mondial

Nunsuko, artiste Humaniste

Article publié le, 12/03/2021

Source

https://www.cairn.info/revue-recherche-en-soins-infirmiers-2005-3-page-26.htm

https://www.cairn.info/revue-devenir-2011-2-page-129.htm

https://www.scienceshumaines.com/l-estime-de-soi-au-quotidien_fr_31239.html

Pour participer au contenu

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.